mercredi 13 avril 2016

Tome 3 - Chapitre 10

Il se met à rire à gorge déployée, une main sur son cœur et les yeux brillants de convoitise. Il sort un poignard ouvragé délicatement et le dépose sur le comptoir avec d’infinies précautions. Après un soupir de contentement, il se lance dans les explications:

— Ce cher Admis, ça doit bien faire 150 ans que je veux lui acheter cet artefact. Il a toujours refusé de me le vendre. Je suis collectionneur d’armes anciennes et pour être ancienne cette arme l’est. Selon certains livres, elle proviendrait du créateur lui-même! Il l’aurait donné au premier vampire de la création… Je n’ai vraiment aucune idée comment Admis se l’est procurée. Mais ça, ça me fait vraiment plaisir! Regardez-moi cette œuvre d’art, le manche tout travaillé, avec l’effigie de Vulcain et les flammes de sa forge. D’après les dires, il l’aurait fabriqué lui-même pour son descendant.

Fasciné par le récit du propriétaire heureux, Luca lui demande:

— Si vous n’y voyez pas d’inconvénient, j’aimerais bien revenir avec ma sœur Pam. Au contact de l’objet, elle peut percevoir son histoire; ça fait partie de ses pouvoirs. Il serait intéressant de connaitre le parcours de cette arme magnifique.

— Oh bien certainement! Vous êtes les bienvenus en tout temps! Connaitre le passé de cet objet en particulier serait un cadeau tout aussi merveilleux que le poignard lui-même!

— Alors, vous nous reverrez bientôt! dit Luca en souriant.

Fou de joie, ce dernier nous fait l’accolade en sortant de la boutique; j’ai même droit à deux baisers mouillés sur les joues. Au diable les bonnes manières, l’homme est conquis!

Aucun commentaire:

Publier un commentaire